Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Luidjy, l'innocence d'un chaton à peine sevré

Luidjy, l'innocence d'un chaton à peine sevré

Nous voilà en septembre, les vacances sont terminées et laissent place à la rentrée.

Si nous entamons cette nouvelle année scolaire, pleins d’ambitions et d’initiatives, nos préoccupations nous rattrapent vite et nous rappellent qu’après cet intermède estival, la misère animale est toujours là.

En effet, en cette période de rentrée, ce ne sont ni des stylos, ni des cartables que l’on retrouve abandonnés sur les parkings des supermarchés, dans des cartons ou sur le bord des routes, mais toute une série de chatons à peine sevrés.

C’est le cas du petit Luidjy, petite boule de poils noire, retrouvé seul, au milieu d’un parking en plein soleil, au début du mois de septembre.

Cette petite chose de la taille d’une main, tout juste adroit sur ses pattes, a malgré tout réussi à attirer l’attention d’une âme charitable qui passait par là, grâce à ses petits miaulements perçants et répétitifs.

Ouf, Luidjy est récupéré et emmené aussitôt à la clinique vétérinaire pour se faire ausculter. Le diagnostic est tombé rapidement. Luidjy n’a même pas deux mois, n’est pas sevré et n’aurait donc pu survivre seul dans la nature, près de ce parking au milieu de nulle part.

D’ailleurs, comment est-il arrivé là ?

Faisait-il parti d’une portée de chats sauvages d’où il s’est égaré ?

Sa mère est-elle morte ?

Ou bien, l’a-t-on abandonné sous prétexte qu’il était noir ?

Autant de questions que l’on se pose et dont on n’aura jamais la réponse. Toujours est-il que Luidjy est maintenant entre de bonnes mains, biberonné au lait maternisé, choyé et aimé. Il va donc s’en sortir.

Cependant, beaucoup d’autres chatons n’auront hélas pas cette chance. Certains seront tués, d’autres noyés, ou jetés dans un sac poubelle comme de vulgaires objets qu’on ne veut plus.

Ne serait-il pas judicieux de faire stériliser les chattes et castrer les chats plutôt que de détruire ou faire souffrir toutes ces petites vies qui n’ont rien demandé ?

Mais beaucoup de personnes rejettent encore cette idée jugée trop coûteuse.

L’argent compte- t-il plus que la vie d’un chaton ou la santé des chattes épuisées par des grossesses à répétition ?

Ces personnes ne voient que l’aspect financier et non le confort et les avantages que la stérilisation ou la castration peuvent procurer tant au maître qu’à l’animal, à savoir, un risque réduit de cancer, l’arrêt des chaleurs (qui ont lieu toutes les trois semaines chez la chatte+marquage urinaire pour le chat) et un contrôle des portées.

Puis, entendant cela, certains répliquent et essayent de nous convaincre en disant :

« Oui, mais ma chatte à besoin de connaître la maternité ».

STOP !

Non, une chatte qui ne connaîtra jamais la maternité, ne sera pas malheureuse.

Arrêtons l’anthropomorphisme et les préjugés qui nous cassent les oreilles.

Et puis, que faire de tous ces pauvres chatons par la suite ?

Sachant que selon une étude récente, seulement un chaton sur douze trouvera un foyer ?

Voilà, on y revient.

A cause de maîtres inconscients, des chatons seront délaissés, amenés dans des refuges déjà débordés ou encore, éliminés de façons atroces.

Les meilleures solutions sont, soit le contrôle responsable des portées, soit la stérilisation définitive pour éviter qu’il y ait d’autres petits Luidjy abandonnés à leurs tristes sorts et à l’avenir incertain.

Luidjy et Chloé la galga

Luidjy et Chloé la galga

La rubrique de Chloé et Julie "Chatons à répétition"
Tag(s) : #lévriers espagnols galgos

Partager cet article

Repost 0