Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Illustration par Julie

Illustration par Julie

L’arrivée d’un animal dans un foyer, n’est pas une décision à prendre à la légère. C’est avant tout un acte réfléchit, où l’on prend du recul en se posant les bonnes questions :

« Avons-nous le budget nécessaire pour le nourrir et le soigner si besoin ? »

« Comment nous organiserons-nous pendant les vacances et les heures de travail ? »

« Aurons-nous assez de temps à lui consacrer ? »

« Si il y a séparation, que devient l’animal ? »

Etc...

On ne peut pas, adopter ou acheter un animal sur un coup de tête. On a beau le répéter mais malheureusement, trop de personnes le font encore couramment. Elles « craquent » sur des animaux « trop mignons » vu en photo sur le Net, lors d’un passage dans une animalerie ou encore à la demande des enfants, « s’il vous plaît, Papa, Maman, on aimerait trooop avoir un animal ». Sur le moment tout est beau, tout est rose, mais les conséquences de ces actes irréfléchis, sont parfois bien tristes. Par exemple, quand vient le moment des vacances, avoir un animal, peut devenir « problématique ».

Et oui, pas évident de trouver un hébergement ou un autre lieu de vacances qui accepte Médor. Vient alors l’idée de l’abandon, la plus facile et plus rapide. Si l’animal a de la chance, il sera trouvé par quelqu’un qui pourra l’accueillir et lui offrir une nouvelle vie. Mais si la malchance continue, il sera envoyé dans une fourrière ou un chenil, où son avenir deviendra incertain. Inutile de préciser que les chenils, les fourrières, les refuges, sont surchargés et que bien trop souvent, malheureusement, il faut « libérer » des places...Les maîtres, auront, malgré eux, conduit indirectement leur animal à l’euthanasie.

D’autres, par contre, n’y vont pas par quatre chemins, et peuvent se pointer directement dans une clinique vétérinaire, dans le but d’éliminer purement et simplement leur animal. Certains d’ailleurs, ne manquent pas d’imagination !

Voici quelques exemples, parfois invérifiables, que beaucoup d’entre nous, ont dû entendre au moins une fois dans leur vie.

- « Mon chat n’arrête pas de griffer et d’attaquer, je pense qu’il est fou, j’ai peur et je n’en peux plus » (Malgré les conseils du vétérinaire à essayer des huiles essentielles, des sprays apaisants et comprendre pourquoi le chat se comporte ainsi, la personne ne veut rien entendre et veut vraiment se débarrasser de son chat.)

- « Je pense que mon chien commence à être un peu vieux, c’est possible de le déposer pour le piquer ? » (Euh monsieur, on ne va pas euthanasier un chien qui « selon vous » commence à être vieux mais est bien portant...)

- « Je ne peux plus nourrir mon chien ni m’en occuper, je peux vous l’envoyer ? » (D’autres solutions existent, les SPA, les familles d’accueil...)

- « Nous nous séparons, c’est possible de vous laisser le chien ? Aucun de nous deux n’en veux » (idem que précédemment)

- « Nous avons hérité d’un chien, mais ne pouvons nous en occuper. Pratiquez-vous l’euthanasie car il a toujours vécu en extérieur et ce serait horrible pour lui de l’envoyer à la SPA, enfermé dans une cage. » (Oui, enfin, placé à la SPA en attente d’une nouvelle famille, c’est toujours mieux qu’être mort, non ?)

- « Les chats de mon ancienne voisine me dérangent, elle est partie et ils sont restés là. Vous pouvez venir les tuer ? » (Euh...non madame, on ne peut pas « tuer » des chats comme ça, sous prétexte que selon vous, ils vous dérangent)

- « Mon chien n’arrête pas d’aboyer et de tout détruire dans la maison, je dois vraiment m’en séparer » (Avez-vous essayé le dressage, l’éducateur canin pour comprendre son comportement. Il y a bien une raison)

On remarque donc que toutes ces personnes vont au plus simple pour régler leur embarras, l’euthanasie de convenance, et ne cherchent même pas de solutions à leurs problèmes. Pourtant, des issues, il y en a toujours. Il suffit juste de le vouloir car l’animal, lui, n’a rien demandé, il subit les décisions de ses maîtres et surtout leurs erreurs. L’animal n’est pas un objet qu’on achète et que l’on jette à la moindre occasion.

Heureusement aujourd’hui, de nombreux vétérinaires n’euthanasient plus sans raison vraiment valable (si l’animal est bien portant et ne souffre pas exemple). Malgré cette légère avancée, l’euthanasie de convenance ou de complaisance, est encore bien trop souvent utilisée, comme son nom l’indique, lorsque l’animal ne convient plus.

Tag(s) : #lévriers espagnols galgos

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :